1918/2018 : quelle leçon à tirer ?

Le 26/10/18


Il y cent ans prenait fin la première guerre mondiale. Triste commémoration que celle de ces années de guerre qui laissent l’Europe exsangue, de ce conflit qui produit des cimetières militaires a perte de vue et ouvre la voie au nazisme et au communisme idéologies sanguinaires. Il y a cent ans la République sacrifiait la population française au nom de la sauvegarde des frontières et afin de lutter contre l’invasion militaire étrangère. En 2018 ce sacrifice nous semble avoir été inutile quand on constate avec horreur que nos frontières sont de véritables passoires et que le soutien d’une association bobo est beaucoup plus efficaces qu’un casque à pointe pour occuper le pays ! Avec le recul on mesure avec amertume que ce conflit de 14-18 amorçait le déclin de la nation française, son écroulement en 1940 (merci au Front populaire pour les congés-payés qui se terminent au stalag !), les multiples abandons et renoncements de nos politiciens. La période gaullienne n’aura été qu’une résurrection éphémère, épisode vite effacé par les mois de mai 68 et 81 qui installent la politique de déconstruction des valeurs fondatrices de notre civilisation et le déni de notre identité. Résultat en 2018 les dangers qui menacent notre peuple sont beaucoup plus insidieux que ceux de 1914.Communautarisme, islamisme, clandestins gangrènent le pays de l’intérieur tandis que nos élites universalistes et libérales consacrent tous leurs efforts à dissimuler leur impuissance et à stigmatiser les français qui ont le courage de se révolter contre le déclin du pays et l’effacement de son identité. Alors pour que ce sacrifice de 14-18 ne soit pas vain il nous faut prendre conscience que l’espoir réside dans le combat politique. Un petit rappel salutaire : dans le gouvernement Clemenceau de 1917-1920 on comptait différents partis mais aucun socialiste ! C’est aussi cela le devoir de mémoire !


Stéphane Poncet,
Groupe Villeurbanne Bleu Marine

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter