CENTENAIRE DE LA GRANDE GUERRE - Mobilisation collective pour partager la mémoire

Le 30/10/14

Il n’y a plus de poilus pour raconter de vive voix ce que fut la Première guerre mondiale, l’horreur des tranchées, les vies détruites, et peu de témoins pour évoquer les familles disloquées, les usines transformées, les villes en état de guerre. La Ville et ses partenaires ont mis en place un programme d’actions et de rendez-vous pour mieux se souvenir.

>>Télécharger le programme des commémorations

Centenaire de la Grande Guerre

Le dernier poilu de France, Lazare Ponticelli, est mort en mars 2008.
« C’est à nous maintenant qu’il revient de faire vivre l’histoire. En
tirer les leçons pour nourrir la paix est l’héritage que les poilus nous
ont légué. Un héritage en forme de commandement et de devoir »,
avait
souligné le maire de Villeurbanne, lors du 90e anniversaire de l’armistice
de 1918. À l’occasion du centenaire de la Grande Guerre, la Ville a lancé
en 2014 un travail collectif d’envergure avec des historiens et des
enseignants. Un concours « Je m’imagine la Grande Guerre » a été proposé aux CM1 et CM2.
Chaque élève a été invité à participer à un concours de dessin, du 1er
septembre au 18 octobre, pour illustrer ce conflit mondial. Tous ont été
sollicités dans le cadre de « Je m’imagine la Grande Guerre » et invités à
s’emparer des outils mis à disposition : photographies, lettres, récits,
documents officiels témoignant de la vie locale de 1914 à 1918, au front,
dans les usines, dans les écoles, dans les familles. Le Rize s’est associé
au projet en réalisant une mallette pédagogique
, pour laquelle ont été
sollicités des historiens, des enseignants et des conseillers pédagogiques
de l’Académie de Lyon. Objectifs : rassembler les expériences et mettre en valeur les fonds historiques disponibles, notamment aux archives
municipales. Devenue, au fil des recherches, un véritable trésor en termes
de savoir, cette mallette a été proposée à tous les groupes scolaires de
Villeurbanne, en juin 2014.
La remise des prix du concours aura lieu dans les salons de l’hôtel de
ville, à l’issue de la cérémonie commémorative de l’Armistice du 11
novembre 1918.
Les dessins primés, au nombre de huit, ont été intégrés dans un livre
édité par la Ville et intitulé « Lazare Goujon, Correspondances
1914-1918 ». Au fil des 92 pages, l’on découvre le quotidien de celui qui
deviendra, en 1924, maire de Villeurbanne et lancera, quelques années plus
tard, la construction des Gratte-Ciel. À travers les échanges du médecin,
mobilisé à l’âge de 45 ans, avec sa famille, on perçoit un homme
fondamentalement confiant en l’avenir, que même les horreurs de la guerre,
qu’il honnit, ne découragent pas dans son dessein de participer à un monde
meilleur.
Les échanges épistolaires, mais cette fois de soldats, ont aussi nourri le
spectacle « Je t’embrasse pour la vie », créé par la Compagnie Premier
Acte et que les écoles ayant participé au concours de dessin ont commencé
à découvrir.
Dans le cadre de ce centenaire, Villeurbanne accueille par ailleurs une
exposition sur Jean Jaurès, grande figure du socialisme français,
pacifiste chevronné assassiné à la veille du début du conflit… Le Rize et
la Maison du livre, de l’image et du son proposent eux aussi lectures,
projections et rencontres pour s’emparer individuellement de l’histoire
commune. 

>>Télécharger le programme des commémorations

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

Dans la même rubrique