Guerre d'Espagne :

Le 30/06/16

À partir de juillet 1936, alors que l’Espagne s’enfonce dans une guerre civile, les Villeurbannais multiplient les actions pour venir en aide aux populations victimes du conflit.

Espagne de la liberté

La guerre d’Espagne surprend les Français en plein été 1936. Pendant qu’ils profitent, pour la première fois de leur vie, des vacances que le Front Populaire vient de leur accorder, les troupes du général Franco entrent en rébellion contre le gouvernement de gauche du Frente Popular. Très vite, la lutte devient inégale. L’Allemagne et l’Italie, alors dirigées par Hitler et par Mussolini, livrent sans vergogne des troupes, des canons, des tanks et des avions aux franquistes, ce qui leur donne une supériorité militaire écrasante. Les bombes pleuvent sur les villes républicaines, sur Madrid d’abord et, plus tard, sur Barcelone, sur Valence et, bien sûr, Guernica, provoquant le massacre rendu célèbre par Picasso.

À Villeurbanne, ville ouvrière, ville communiste aussi depuis que les élections municipales de 1935 ont porté l’équipe de Camille Joly au pouvoir, la réaction ne se fait pas attendre. Puisque le gouvernement français n’intervient pas pour aider la «république sœur» du Frente Popular, l’on enverra en Espagne des hommes pour se battre, et autant de secours que l’on pourra à la population civile. Notre ville devient ainsi l’un des principaux centres de recrutement des Brigades Internationales (voir Viva de juillet 2013). Elle multiplie aussi les meetings pour mobiliser les habitants. Le 2 septembre 1936, «plus de 500 travailleurs du quartier Cyprian» se rassemblent au Régence-Cinéma ; deux jours plus tard, le 4 septembre, ils sont au moins 2 000 à se masser dans le Palais du travail et sur la place de la mairie tandis que, le 17 septembre, 7 000 à 8 000 personnes écoutent au Palais d’hiver le discours de Gabriel Péri, l’un des chefs de file du Parti communiste, et vice-président de la commission des Affaires étrangères à la Chambre des députés.

Les paroles se traduisent immédiatement en actes. De l’autre côté des Pyrénées, ils avaient froid, ils avaient faim, manquaient de tout, n’avaient plus rien… Dans toute la ville, les militants, les membres d’associations caritatives, les élus de la municipalité et les simples citoyens, apportent qui de l’argent, qui des vêtements, des couvertures, des médicaments ou des vivres – chocolat, lait en conserve, tabac, pommes de terre… On quête dans les usines, à la porte des maisons, et jusqu’au Palais du travail, où une permanence reçoit tous les jours les dons. «De maisons en maisons, raconte un quêteur, d’étages en étages, les gens chez qui nous frappions nous ouvraient prudemment d’abord puis, lorsque nous disions "C’est pour les petits enfants d’Espagne", alors nous avons vu de braves femmes courir à leur armoire, chercher des petits vêtements de laine trop étroits pour leurs enfants et qui, là-bas, sauveront peut-être de la mort par le froid, d’autres bambins». Tous ces dons sont chargés sur des camions qui se rendent le plus vite possible en Espagne : l’un d’eux part ainsi le 26 août 1937 avec deux tonnes de vivres collectées dans nos quartiers.

À partir du printemps 1937, tandis que la situation des Républicains espagnols se dégrade de plus en plus, les Villeurbannais commencent à accueillir des femmes et des enfants fuyant les combats et les bombardements. Les premiers réfugiés proviennent du Pays Basque et sont pris en charge par le "Comité pour Bilbao", créé par le député de Villeurbanne, Georges Lévy. Fin 1937, 56 enfants sont ainsi «entretenus depuis 7 mois, dont la santé physique et l’esprit font l’admiration de tous». Pour eux, on organise des fêtes au théâtre du Palais du travail, comme celle du 20 novembre 1937 ou celle du 15 janvier 1938, qui «fait rire aux éclats petits et grands, leur faisant oublier les dangers que courent leurs parents sur les fronts républicains, ainsi que leurs propres souffrances endurées en terre espagnole». Puis au fil du temps, le flot des réfugiés augmente et se mue en exode. Au début de 1939, alors que la victoire de Franco s’annonce inéluctable, les Espagnols affluent par trains entiers dans les gares de Lyon : 3 000 le 30 janvier 1939, plus de 7 000 le 1er février. Une fois de plus, les Villeurbannais se pressent pour leur venir en aide. «Villeurbanne a du cœur», titrent les journaux. La municipalité et les associations caritatives comme le Secours populaire ou le Comité mondial des femmes, apportent des vivres et des vêtements en quantité, tandis que les docteurs Barange et Vansteenberghe, deux futurs Résistants, «se prodiguent pour consoler, panser, soulager cette grande misère physique et par leurs soins touchants, rehausser un peu le moral de ces malheureux roulant vers l’inconnu». D’abord dirigés vers des camps, les réfugiés se dispersent peu à peu à travers la France, notamment à Villeurbanne où le maire Camille Joly se déclare prêt à les accueillir dès le 25 janvier 1939, et où ils trouvent souvent abri dans des logements de fortune. Notre ville devint pour eux leur nouvelle patrie.

 

Sources : Archives de Villeurbanne (le Rize), 3 C 67 et 88 (journaux La Voix du Peuple et Lyon Républicain, 1936-1939), 4 C 603, 1 D 280 (délibération du 25/1/1939).

Archives du Rhône, 4 M 236.

 

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

Réagissez à l'article

Vos réactions

  1. Marie-Dominique Robin-Salle Dit :

    Envoyé le : 26/11/2016 à 11:15

    Toutes les chroniques d'Alain Belmont sont passionnantes. Cet article en particulier m'a beaucoup appris, et j'ai aimé découvrir l'engagement des Villeurbannais. A quand une expo photos au Rize pour aller plus loin ?

    640
    J'aime 328     Je n'aime pas 312

Dans la même rubrique

La fête de la fédération 06/07/2017 Le 30 mai 1790, plus de 100 000 personnes se réunissent à Villeurbanne pour célébrer les débuts de la Révolution. Jamais l'on n'a vu cela. Malgré des trombes d'eau tombant depuis des heures, Lyon s'est complètement vidée de ses habitants.

Des espions au coeur de la gueurre - Le réseau Marco-Polo 31/05/2017 Basé à Villeurbanne, le réseau Marco-Polo fut l'un des plus importants de la Résistance.

Les bidonvilles des Trente Glorieuse 28/04/2017 Toutes les zones de baraques apparues avant-guerre n'ont pas disparu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et, à partir du milieu des années 1950, d'autres quartiers ou îlots insalubres de type bidonvilles prolifèrent à Villeurbanne et ailleurs dans l'agglomération jusqu'au début de la décennie 1970.

LES BUERS : de la famille au quartier 12/04/2017

Les baraques (1920-1940)?: Premiers bidonvilles à Villeurbanne 15/03/2017 Peu d'entre nous gardent en mémoire les bidonvilles qui ont marqué le paysage de Villeurbanne au 20e siècle. Disparus de l'espace urbain sans laisser de trace, ils n'en font pas moins partie intégrante de l'histoire de cette ville depuis les années 1920.

Une star villeurbannaise des rings 17/02/2017 Très peu d'hommes ont battu le plus célèbre des boxeurs français, Marcel Cerdan. Le Villeurbannais Victor Buttin fut l'un d'eux, en 1942.

Cavagnolo fabricant d'accordéons 21/12/2016 Au 20e siècle, Villeurbanne a été l'un des hauts lieux de la fabrication d'accordéons grâce à l'entreprise Cavagnolo.

Les réfugiés de la Grande Guerre 10/11/2016 La guerre en Syrie et en Irak amène chaque jour des flots de réfugiés sur les rivages européens. Il y a un siècle, Villeurbanne connut elle aussi une vague de réfugiés sans précédent, fuyant la Première Guerre mondiale.

L'affaire des grenades 27/09/2016 En 1936, durant la guerre d'Espagne, plusieurs Villeurbannais dont des élus de la municipalité, fabriquèrent clandestinement des armes destinées à la république du Frente Popular.

1880-1914 : Villeurbanne accueille les premiers migrants italiens 23/08/2016 L'industrialisation de Villeurbanne, à la fin du 19e siècle, a provoqué l'arrivée d'une population nouvelle, constituée en partie d'étrangers, notamment d'Italiens qui n'ont pas toujours été si facilement acceptés qu'on le croit.