Le Droit à l'éducation pour tous

Le 28/01/19

Le nombre d’enfants en situation de handicap scolarisés a triplé en 20 ans, passant de 90 000 à 300 000 entre 1998 et 2017. À l’origine de cette progression régulière : le travail de nombreuses associations et familles qui n’ont eu de cesse d’œuvrer en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap, et une réelle volonté politique.
En effet, selon la loi de 2005, est considéré comme handicap « toute limitation d’activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé invalidant. » Cette large définition a permis la reconnaissance de nouveaux troubles auparavant non reconnus tels que les troubles d’apprentissage, du langage, du comportement… autant d’handicaps nécessitant une prise en charge particulière à l’école : classes spéciales, service d’éducation spéciale et de soins à domicile, moyens de transport…
Le parcours scolaire de ces élèves s’effectue en priorité dans le milieu ordinaire (l’établissement de référence) ou, le cas échéant, dans un autre établissement avec l’accord des parents, si le projet personnalisé de scolarisation rend nécessaire le recours à un dispositif particulier. Ainsi, parmi les enfants scolarisés, 2 % d’entre eux ont un handicap reconnu dont deux tiers sont dans une classe ordinaire, et un tiers dans une classe d’inclusion collective.
Malgré des progrès indéniables en 2018, comme lors des années précédentes, un grand nombre d’enfants ont effectué une rentrée sans Accompagnant des élèves en situation de handicap (AESH) ou ont été privés d’école faute de place. La notion de handicap évoluant de jours en jours, la République se doit d’estimer les besoins actuels et à venir afin de permettre l’éducation de l’ensemble de ses enfants.
Au gouvernement actuel de faire enfin la différence sur la question et de se donner les moyens de chiffrer le besoin afin de pouvoir réellement y répondre.


Djamila Ghemri,
Groupe Communistes et républicains

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter