Les riches et les pauvres

Le 02/11/17

C’est une question d’actualité avec la réforme de l’ISF. C’est aussi une inégalité vieille comme le monde qui perdurera.
Il suffit de « prendre aux riches » entend-on régulièrement à gauche ! Cette idée naïve est aussi hypocrite dans la mesure où très souvent prendre aux riches appauvrit les pauvres ! Cela a été essayé notamment dans des régimes socialistes qui sont vite devenus des dictatures comme en URSS. C’était aussi un lieu où les pauvres étaient très pauvres par rapport à la moyenne mondiale. Les riches de par leurs revenus accumulent un capital parfois déroutant et l’inégalité est encore plus cinglante. Les dictatures qui ont empêché la circulation des personnes et surtout de leurs biens ont été abominables et ont appauvri les pauvres.
C’est pourquoi aujourd’hui la règle est la « libre circulation des personnes et des biens » et cela a conduit à la mondialisation. Aussi, les pays qui comme la France ont fortement augmenté les impôts ont fait fuir les plus riches dans les pays où l’investissement et le capital sont moins taxés. Aujourd’hui, il n’y a plus assez de capitaux en France et on a laissé partir à Villeurbanne, Alstom pour General Electric et Siemens ! C’est grave pour les emplois futurs. De plus, la France a échoué sur la pauvreté. Parmi tous les impôts, le plus dissuasif est l’ISF. C’est un impôt injuste, car il est basé sur le capital en non sur les revenus. Par exemple, un petit nombre de foyers modestes est imposé sur l’ISF, car leur propriété a pris beaucoup de valeur alors qu’eux-mêmes ont des revenus faibles, mais sur cette injustice la gauche a fermé les yeux. L’efficacité veut que cela soit les revenus (du travail et du capital) qui sont imposés. La mondialisation exige que les taux de taxation doivent être similaires à ceux de nos voisins : c’est la convergence fiscale que nous réclamons.
En Europe, seule la France applique encore un ISF. Il faut le supprimer. Toutefois, il faut donner un réel espoir à la population sur l’augmentation du pouvoir d’achat par une forte baisse des charges salariales pas suffisamment à l’ordre du jour. D’autres pays l’ont assez bien réussi.


Hervé Morel, 
Groupe des élus centristes UDI.

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter