Micheline Fabry
> Quand la lingerie se
faisait Obsession

Le 02/08/16

L’usine Obsession, avenue Galline, a été démolie en novembre 2011. Micheline Fabry y a travaillé près de vingt ans. Souvenirs.

portail de l'usine Obsession à Villeurbanne

« J’ai travaillé dès l’âge de 14 ans, après mon certificat d’études, dans une maison de lingerie, rue Hippolyte-Kahn. C’était en 1959, j’étais "petites mains", j’aidais les plus anciennes, c’est là que j’ai appris à couper. J’ai ensuite travaillé pour trois maisons différentes avant d’entrer chez Obsession(1), c’était en 1967. J’ai ­répondu à une annonce sur le ­journal, à l’époque on trouvait du travail facilement. J’étais coupeuse-traceuse et Obsession faisait le ­soutien-gorge, la gaine, la guêpière et le maillot de bain. Tout était ­fabriqué dans l’atelier, de bons produits qui se vendaient dans toutes les petites boutiques.
Les ateliers de montage étaient au premier étage et l’atelier de coupe, où j’étais, se trouvait au rez-de-chaussée. On entrait par l’avenue Galline. Nous étions plus de 150 personnes. Je faisais partie des plus jeunes, j’avais 20 ans.
Jeune, j’ai travaillé beaucoup, parfois jusqu’à 11 heures par jour. Notre ­salaire nous était versé en espèces dans une enveloppe, tous les quinze jours. Jusqu’en 1968, je vivais avec ma mère et je lui ­donnais tout mon salaire. Maman était seule et j’étais fière de lui amener mon enveloppe. Elle me donnait un peu d’argent de poche, en mettant de l’argent de côté pour moi.
En mai 68, quand ont commencé les grèves, M. Bourvis, le patron, ne voulait pas qu’on arrête le travail. Ce sont les ouvriers de la maison Bayard qui nous ont fait sortir. Ils sont entrés dans les ateliers, sont montés sur les tables pour nous dire d’arrêter le travail. Ils nous ont poussés dehors. Ça m’a marquée. La grève a duré un mois. Je venais tout juste de me marier, on n’avait pas un sou.
Avec les années, je suis passée contremaîtresse, responsable du ­service coupe. Je suis restée chez Obsession jusqu’à la fermeture, en 1975(2). M. Bourvis, nous a toutes réunies un jour dans l’atelier pour nous annoncer que c’était fini. On le sentait un peu venir, le travail ­ralentissait, on entendait des ­rumeurs. C’était un moment dur. Je perdais mon travail. Même si, à l’époque, je pensais en retrouver ­rapidement. Mais je suis restée un an au chômage. Puis, j’ai retrouvé une place de chef de service à la maison Janssen qui a fermé également en 1993.
C’était un bon métier, maintenant c’est un métier qui est perdu.
Il m’arrive encore maintenant de ­rêver que je suis dans l’atelier d’Obsession, je ne fabrique pas les mêmes choses, mais je suis dans cet atelier coupe, c’est quand même fou, non ? »
 

 

(1)Gaines Obsession – Etablissements Gilmo, fondés en 1948 à Villeurbanne.
(2) Les Etablissements Gilmo, qui avaient deux autres usines à Cuisery
et Crémieu, ont été mis en liquidation le 10 octobre 1975.
Refusant la fermeture, une partie du personnel a occupé l’usine ­pendant 31 mois pour demander la reprise de l’activité et le maintien de l’emploi. Lors de sa séance du 25 avril 1977, le conseil municipal
de Villeurbanne a adressé un vœu au préfet du Rhône pour que soient étudiées « les possibilités de relance de la fabrication et du maintien de ­l’emploi ». La Ville avait également soutenu les ouvrières en difficulté dans le cadre du Fonds municipal d’aide en débloquant la somme de 59 000 francs. 
 

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

 

Réagissez à l'article

Vos réactions

Il n'y a pas de réaction

Dans la même rubrique

La box de Monsieur Gourmand cartonne 31/05/2017 La startup Monsieur Gourmand.com confectionne et livre des colis-cocktails à des enseignes commerciales qui organisent des apéritifs-clientèles : succès garanti !

La traversée de la Manche à la nage 05/05/2017 Pierre-Julian Pourantru, étudiant de l'Insa, se lancera l'incroyable défi de traverser la Manche à la nage début juillet, en solo et sans protection thermique.

Le palais d'hiver 22/02/2017

Jacky Perez : On chauffait la salle du Palais d'hiver ! 22/02/2017 Il a l'âge des Stones qu'il a vus au Palais d'hiver. Où lui même a joué au début des années soixante avec un groupe yéyé.

Aimé Mignot : J'ai eu beaucoup de chance avec le foot ! 10/11/2016 Aimé Mignot, ancien joueur de l'OL, a passé beaucoup de temps et d'énergie à Gerland, mais c'est à Villeurbanne que ce sportif a marqué son terrain personnel...

Quand Joris fait son cirque... à Macao 10/11/2016 À 24 ans, le Villeurbannais Joris Kondjia a intégré la cour des grands dans l'univers du cirque. Ce gymnaste de haut niveau figure dans l'un des plus grands spectacles internationaux, situé à... Macao. En Chine, il vit sa passion à un rythme effréné.

Des Pyrénées à Villeurbanne 27/09/2016 Les premiers congés payés, en juillet 1936, ont amené Jeannine Solano, 89 ans aujourd'hui, dans le village natal de ses parents, dans les Pyrénées espagnoles. Au moment même où commençait le soulèvement militaire qui allait conduire l'Espagne à une guerre fratricide de trois ans.

[Cuisiner autrement] Anne-Laure Terrail 27/09/2016 Anne-Laure Terrail propose des ateliers de cuisine pas comme les autres. Avec elle, du frais, du bio, pas de laitages ni de gluten mais plein de nouvelles pistes à explorer.

Le temps des Oliviers : de l'olivier à l'assiette 26/08/2016 Les fondateurs de Hove sélectionnent des olives dans le bassin méditerranéen et conditionnent, depuis 2012, olives et huiles d'olive, sous la marque.

[Compagnie La belle étoile] Sous le signe du talent 23/08/2016 Chant, musique, mime, théâtre, lecture... Au sein de leur compagnie La Belle étoile, Elise Moussion et Blandine Griot jouent sur tous les tableaux du spectacle vivant