Redonner du sens à l’action politique

Le 07/06/17

La fin de cette séquence présidentielle inouïe a vu Emmanuel Macron devenir président de la République. En tant que républicains nous saluons sa victoire. Mais soulignons le fait qu’il ne doit son élection qu’à cet affrontement périlleux qui l’opposa à ce que notre système peut produire de pire : la haine, la peur, le désespoir. Nous avions mis toutes nos forces dans la bataille, d’abord pour défendre un projet de société qui tourne le dos à l’austérité budgétaire, ensuite pour battre le Front National.
Aujourd’hui la question qui nous est posée à tout·e·s, c’est bien celui du sens de l’action que nous menons. On élit un représentant, quel que soit son niveau, pour Faire, mais aussi pour dire car notre pays est divers de ses opinions. Nous tirons notre force d’un effort démocratique : le débat d’idées. Cette diversité d’idées ce sont des repères, la confrontation de convictions profondes, issues d’expériences individuelles et collectives variées, de singularité qui sont mise en commun. Alors qu’on ne nous piège pas avec cet artifice du ni gauche ni droite, de ce pragmatisme devenu idéologie qui a pour ambition de gommer les convictions, la philosophie, les valeurs qui inspirent et doivent inspirer l’action.
Oui, une action de gauche, ça n’est pas comme une action de droite. Laisser croire que le problème réside dans cet affrontement démocratique est une faute. La crise politique se niche dans cette crise de sens qui prône l’action pour l’action, sans se soucier des conséquences, qui dans le même temps ôte au politique sa capacité d’agir.
Redonner du sens à l’action politique donc, mais aussi des moyens pour que les choix faits en commun lors d’une élection et dans le débat entre ces séquences puissent se concrétiser réellement, et nous permettre enfin de Faire.


Hector Bravo,
Groupe communistes et républicains

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter