Réformer le système d’éducation sans toucher aux valeurs républicaines !

Le 01/06/18

Dans sa frénésie de réformes, le gouvernement a également décidé de s’attaquer à l’Ecole publique en y apportant d’importants bouleversements : ParcoursSup, réforme en profondeur du bac et du lycée, abaissement de l’âge obligatoire d’entrée à la maternelle dès 2019, effet d’annonce du gouvernement puisque 97 % des enfants de 3 ans sont déjà scolarisés. Cet abaissement devrait rendre obligatoire le financement des écoles maternelles privées par les communes. Autant de mesures qui contraindront un peu plus les finances locales, déjà mises à mal par les gouvernements successifs. La suppression des filières générales du lycée, un oral terminal aux contours flous, 40 % de contrôle continu constitueront le nouveau bac d’ici trois ans. Si réformer est nécessaire, il y a des motifs d’inquiétudes dans les annonces du Ministre de l’éducation. D’une part, le contrôle continu, s’il permet de lisser le stress sur l’année peut être un risque de rupture d’égalité territoriale. D’autre part, supprimer les filières ne doit pas conduire à des choix anticipés anxiogènes qui vont ressembler à une "usine à gaz" pour initiés. Laisser les élèves "libres" de leur choix de spécialités, c’est en grande partie laisser des déterminismes sociaux jouer sur les choix individuels.
Par ailleurs, sans moyens, les efforts proposés seront inexistants. Au lycée, les moyens devraient également être fléchés vers les élèves les plus fragiles. Nous déplorons aussi le manque de moyens dans les universités que "ParcourSup", la nouvelle plateforme de choix d’études supérieures, ne parviendra pas à masquer et qui conduira à une sélection aléatoire par les notes : au lieu d’un tirage au sort, nous aurons un "triage" au sort. Le bac doit rester la garantie de choisir pour tous la filière universitaire de son choix en lieu et place de l’extension à l’université d’un système méritocratique contraire à nos principes républicains d’égalité et de liberté.
De la petite enfance aux universités, le gouvernement détricote un système d’éducation pour faire des économies. Mais c’est d’une nouvelle ambition et de moyens, dont les jeunes générations ont besoin !


Olivier Gluck,
Groupe Rassemblement citoyen EELV-Front de gauche

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter