Un investissement record pour les écoles d'ici à 2020

Le 04/06/15

Lessor démographique que connaît la ville a de nombreuses conséquences, dont celle d’accroître le nombre d’enfants en âge de fréquenter l’école : 13 000 en 2014. Un nombre qui augmente de façon inédite ces dernières années. A la rentrée, à la demande de l’Education nationale, 17 classes devraient ouvrir dans les écoles primaires.

Travaux dans les écoles de Villeurbanne

 

Une accélération jamais vue dans l’histoire de la ville. En 2014, on assistait à l’ouverture de 11 nouvelles classes, alors qu’en moyenne depuis 2010, la création annuelle de quatre nouvelles classes suffisait à répondre aux besoins et, qu’en 2011 et 2012, des fermetures étaient effectives. Les prévisions démographiques ne sont pas une science exacte et elles étaient alors bien en-deçà de la réalité. « Villeurbanne est une ville attractive où les jeunes ménages n’hésitent pas à s’installer. C’est une richesse, une preuve de dynamisme et de vitalité dont il ne faut pas se plaindre, à nous d’en assumer les conséquences », résume Emilie Bret, directrice générale adjointe Enfance et famille à la ville de Villeurbanne.

Autre phénomène, le passage d’écoles en Rep (Réseau éducatif prioritaire), comme celle de Louis-Pasteur, implique une baisse des effectifs par classe. C’est une chance pour le travail éducatif mais ce facteur joue aussi sur le besoin d’ouvertures de classes. Alors, comment faire face à cette situation et répondre au mieux aux besoins ? Les efforts de la Ville se sont portés en priorité, dès 2011, sur l’extension des restaurants scolaires. Dès l’année suivante, passage à la vitesse supérieure avec la décision d’augmenter la capacité d’accueil de trois grands groupes scolaires à l’étroit dans leurs murs : Marcellin-Berthelot, Jules-Guesde et Jean-Moulin. Une véritable restructuration est en cours, permettant l’amélioration générale des usages : « Il ne s’agit pas de se contenter d’ajouter des salles, souligne Emilie Bret. Tous les travaux entrepris visent aussi à rendre les écoles plus esthétiques, plus confortables et agréables à vivre. La qualité de vie et d’apprentissage sont vraiment au cœur de nos exigences ». Outre les interventions d’envergure qui nécessitent d’importants budgets (entre six et huit millions d’euros par chantier), les solutions se jouent à d’autres niveaux. Les bâtiments modulaires nouvelle génération, qui seront installés à Antonin-Perrin et Louis-Pasteur (cf. Viva de mai), vont parer au plus pressé. Parmi les projets à moyen terme, le groupe scolaire Albert-Camus, aux Brosses, se verra doté de deux nouvelles classes et d’un nouveau restaurant scolaire et celui du Tonkin de quatre classes supplémentaires (dont deux en maternelle, avec sanitaires et couchettes au programme), à la rentrée 2017. A la même date, un restaurant scolaire doté de 600 places ouvrira au Totem, destiné au personnel municipal et aux écoles des alentours. Un peu plus loin dans le temps, trois groupes scolaires sortiront de terre avant la fin du mandat, dans les Zac Gratte-Ciel et la Soie – deux vastes opérations d’urbanisme entrées en phase opérationnelle – et en centre-ville, rue Hippolyte-Kahn. En attendant, des solutions sont à l’étude et des décisions en cours pour tirer profit de l’existant, avec le projet de construction de locaux provisoires au sein d’établissements suffisamment spacieux pour en offrir la possibilité. A court, moyen et long terme, la Ville a donc fait de ce sujet une priorité, le budget de l’éducation se plaçant toujours en tête des investissements municipaux.

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

Dans la même rubrique

La marche solidaire pour les migrants accueillie à Villeurbanne 25/05/2018 Au théâtre de l'Iris, un accueil symbolique et chaleureux a été organisé, jeudi 24 mai, dans le cadre de la Marche solidaire pour les migrants.

Gallieni, le plus vieil Esat de France 25/05/2018 L'ESAT Gallieni à Villeurbanne est la plus ancienne entreprise de France adaptée aux besoins des personnes handicapées : elle a plus de cent ans.

Appel à la vigilance - Démarchage abusif pour la distribution du gaz 24/05/2018 Des habitants signalent avoir été démarchés, au nom de la mairie, par des agents d'ENI, une compagnie de gaz, pour la souscription d'un nouveau contrat de fourniture de fluides.

Le Monde pour témoin de mariage 22/05/2018 On ne se marie pas tous les jours sous l'oeil d'un grand quotidien national. Une journaliste du Monde, Yoanna Sultan R'bibo, a assisté à la cérémonie de mariage de six couples, samedi 19 mai, à la mairie de Villeurbanne.

[VIDEO] Une course contre la faim à l'école Saint-Exupéry 22/05/2018 Plus de 300 élèves, du CP au CM2, de l'école Saint-Exupéry ont couru, toute la matinée du 18 mai, dans le gymnase jouxtant leur établissement, à Saint-Jean.

[EN IMAGES] L'invitation au voyage du festival Mémoire Vive 22/05/2018 Un étonnant et foisonnant campement s'est déployé, samedi 19 mai, entre les rues Alfred-de-Musset et de la Poudrette, dans le nouveau parc de l'Autre Soie, futur lieu d'implantation du CCO Jean-Pierre Lachaize et ancien parc de l'Iufm.

Perturbations de la circulation et du stationnement à Villeurbanne 22/05/2018 Retrouvez ici les perturbations de circulation et stationnement à venir en raison de travaux ou d'événements exceptionnels.

500 collégiens aux Rencontres du Tonkin 18/05/2018 Orientation, santé, lutte contre les discriminations, sécurité routière, loisirs, culture et sport... Plus de 15 stands d'information destinés aux 10-16 ans étaient déployés, le 17 mai, promenade du Lys-Orangé, dans le cadre des Rencontres du Tonkin.

Visite en marchant avec l'Interquartiers Carré de Soie 18/05/2018 L'Interquartiers Carré de Soie organise une visite de proximité, mardi 23 mai, avec Laura Gandolfi, adjointe au maire déléguée à la Propreté,et Myriam Gros-Izopet, adjointe aux quartiers Cusset/Bonnevay et Cyprian/Les Brosses.

L'Autre Soie se construit peu à peu 18/05/2018 En attendant 2025 et la réalisation de l'Autre Soie, grand projet de solidarité urbaine qui réunira l'habitat, la culture et l'économie solidaire, le bâtiment sera temporairement occupé pour une durée d'au moins deux ans.