Un orchestre pour la Ville

Le 05/06/18

En 1933, le maire Lazare Goujon crée un orchestre professionnel à Villeurbanne, pouvant rivaliser avec les formations musicales des grandes villes de France.

Inauguration des Gratte-Ciel en juin 1934

 Octobre 1933. Un entrefilet paraît dans les principaux journaux de la région lyonnaise. La ville de Villeurbanne recrute des musiciens pour former un orchestre public, "l’Harmonie municipale de Villeurbanne". L’événement n’a rien d’anodin. Depuis qu’il a été élu maire en 1924, Lazare Goujon a une obsession : faire de notre cité une ville modèle, digne de ses 80 000 habitants. Le Palais du travail, le stade et la piscine Georges-Lyvet, le stadium du cours Émile-Zola et, bien entendu les Gratte-Ciel, en sont la concrétisation par le fer et le béton. Le maire projette une politique culturelle tout aussi ambitieuse, notamment en matière de musique, qu’il entend mettre à la portée de tous les Villeurbannais, ouvriers comme gens aisés : « Il serait très intéressant, estime-t-il, de créer une Harmonie Municipale, comme il en existe dans de nombreuses villes bien moins importantes que Villeurbanne ». Présenté au Conseil municipal le 4 décembre 1933, le projet est mis en chantier tambour battant.

79 musiciens

Gaston BilletPour diriger son Harmonie, Lazare Goujon jette son dévolu sur un certain Gaston Billet.

 Son choix ne s’est pas porté sur un Villeurbannais jouant en amateur, mais sur un Lyonnais au curriculum vitæ long comme le bras. Âgé de 39 ans, ancien élève du célèbre compositeur Vincent d’Indy (1851-1931), Gaston Billet a fréquenté le Conservatoire de Paris avant de diriger plusieurs orchestres de la région. Au moment où il rejoint Villeurbanne, il est le chef d’orchestre du théâtre des Célestins, à Lyon, et assure la direction artistique de la station de radio Lyon-La Doua. Une fois nommé dans notre ville, Billet entame le recrutement des musiciens de l’orchestre. La tâche est rude, tant les candidatures sont nombreuses : elles vont du professeur chevronné du Conservatoire de musique de Lyon, jusqu’à l’ouvrier tâtant du cor de chasse pendant ses heures de repos, en passant par d’anciens Poilus de la Première Guerre mondiale, enthousiastes à l’idée de reprendre du service – « tenant à faire de la bonne musique, je serais heureux de faire partie de l’harmonie municipale », écrit ainsi M. Salès, de la rue Lançon. Billet les convoque tous chez lui, et leur fait passer un examen en bonne et due forme. La sélection aboutit à l’embauche de 79 musiciens, dont 38 Villeurbannais, un Givordin et 40 Lyonnais. Comme dans tout orchestre d’harmonie, leurs instruments couvrent la gamme des bois, des cuivres et des percussions : flûte, clarinette, hautbois, alto, contrebasse, saxophone, bugle, basson, trompette, trombone, timbales, grosse caisse, tambour. Afin que leurs prestations répondent aux goûts d’un public très divers, ils affichent à leur répertoire aussi bien de la musique classique que des refrains populaires et des airs d’opérette. La Cinquième Symphonie de Beethoven, La Polonaise de Chopin, La Walkyrie de Wagner, Guillaume Tell de Rossini, La Bohème de Puccini, et aussi Berlioz, Tchaïkovski, Saint-Saëns, Schubert, voisinent ainsi avec En avant et bonne chance, Les lilas bleus, L’attente fait mourir ou encore Tout à la joie.

Le succès de l’orchestre villeurbannais est immédiat. En 1934 et 1935, il se réunit 132 fois pour répéter, participe à 11 manifestations officielles, sportives ou de bienfaisance, et se fait entendre dans 37 concerts. Durant les soirs d’été, il donne chaque semaine une représentation sur les places de la ville, aux Gratte-Ciel, à Cusset, aux Maisons-Neuves, aux Charpennes et même à Croix-Luizet, veillant ainsi à ne favoriser aucun quartier. En juin 1934, l’orchestre participe aussi aux fêtes inaugurales des Gratte-Ciel, pendant plusieurs jours d’affilée. Mais son plus grand succès intervient en juin 1935 à Béziers, lors d’un concours international de musique, où Gaston Billet et ses musiciens obtiennent « son classement en Division d’excellence [la plus élevée] ». L’orchestre villeurbannais passe alors pour une « remarquable phalange, dont font partie d’éminents instrumentistes professionnels ».

Arrive mai 1935, qui voit la défaite du socialiste Lazare Goujon et la victoire du communiste Camille Joly aux élections municipales. Fort de ses succès, le chef de l’Harmonie de Villeurbanne demande au nouveau maire d’intégrer les musiciens dans la fonction publique municipale, afin d’assurer la pérennité de l’institution. Il ne se doute pas de ce qui se prépare. Le 28 décembre 1935, Camille Joly informe Gaston Billet que « l’Harmonie cessera de fonctionner à dater du 1er janvier 1936 », soit quatre jours plus tard ! Le prétexte invoqué est « la situation désastreuse dans laquelle la nouvelle Municipalité a trouvé les finances communales », et l’impossibilité de continuer à salarier l’orchestre. Des motifs politiques sont-ils aussi intervenus ? L’hypothèse n’est pas à exclure. Du jour au lendemain, tous les musiciens sont donc licenciés. L’orchestre villeurbannais n’aura ainsi brillé que durant deux années, en 1934 et 1935. Il reste de lui quelques vieilles photos, des programmes, des partitions, et le souvenir d’une belle aventure.

Programme de la fête du centenaire         

1924 : le socialiste Lazare Goujon est élu maire de Villeurbanne

                       
1930-1934 :
construction des Gratte-Ciel

                       
1935 :
le communiste Camille Joly est élu maire de Villeurbanne

                       
1939 :
révocation de la municipalité communiste de Villeurbanne

                       
1941 :
le pétainiste
Paul Chabert est désigné maire de Villeurbanne

                       
1936-1942 :
les fanfares associatives de Villeurbanne prennent le relai de l'Harmonie municipale

                       
1942 :
le maire Paul Chabert réunit les fanfares en une "Union musicale villeurbannaise"

                       
3 septembre 1944 :
Libération de Villeurbanne

                       
1947-1954 :
Lazare Goujon redevient maire de Villeurbanne

                       
1948 :
Le chef d'orchestre Gaston Billet tente
de recréer l'Harmonie municipale, sans succès.

Les partitions font de la résistance

La dissolution de l'orchestre de Villeurbanne, le 1er janvier 1936, fit bien des heureux. Plusieurs fanfares de l'agglomération lyonnaise, comme celle de l'Union des Syndicats, se précipitèrent sur l'occasion pour louer ses instruments et ses partitions auprès de la municipalité, à des conditions plus qu'avantageuses. Les musiciens de l'ancienne formation, eux, vécurent très mal ce qu'ils considéraient comme un pillage, car ils gardaient l'espoir de faire renaître un jour l'Harmonie municipale. Aussi, la résistance s'organisa-t-elle. En 1941, un baryton du défunt orchestre, Armand Wargnier, prit en charge autant de partitions et d'instruments qu'il put... et les garda chez lui, malgré moult rappels à l'ordre envoyés par le maire pétainiste de l'époque. Wargnier ne consentit à les redonner qu'en octobre 1944, pour aider les FFI à constituer l'orchestre de la nouvelle armée française. Aujourd'hui, les archives municipales conservent toujours quelques-unes de ces partitions résistantes.

 

Sources : Archives de Villeurbanne (Le Rize), 1 D 271 à 275, 2 D 43. Archives du Rhone, 4 Msup 11 et 30. Bibliothèque municipale de Lyon, journaux Le Réveil Lyonnais, Echo de Lyon, France Républicaine, Le Rappel Républicain, La Gazette de Guignol (etc.), 1872 à 1904. Archives municipales de Villeurbanne (Le Rize), 2 D 43, 2 Z 12, 19 Fi 351.

 Par Alain Belmont, historien

 

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter

Réagissez à l'article

Vos réactions

Il n'y a pas de réaction

Dans la même rubrique

Les murs de Villeurbanne parlent de la Résistance 27/08/2018 D'horizons et milieux différents, femmes, hommes... ils ont payé souvent au prix de leur vie leur engagement. Partout dans la ville, des plaques leur rendent hommage.

Un orchestre pour la Ville 05/06/2018 En 1933, le maire Lazare Goujon crée un orchestre professionnel à Villeurbanne, pouvant rivaliser avec les formations musicales des grandes villes de France.

Mai 68 à Villeurbanne 16/05/2018 Villeurbanne, ville universitaire et ouvrière, a été marquée fortement par les événements de mai 68. C'est même sur son territoire, au sein du campus de la Doua, que démarrent les premières mobilisations qui ont touché l'agglomération lyonnaise, dans le sillage des manifestations parisiennes.

Réfugiés au coeur de la débâcle 28/03/2018 En 1940, le déferlement de l'armée allemande sur la France provoque un afflux massif de réfugiés à Villeurbanne.

Les bidonvilles des Trente Glorieuses 13/03/2018 Toutes les zones de baraques apparues avant-guerre n'ont pas disparu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Et, à partir du milieu des années 1950, d'autres quartiers ou îlots insalubres de type bidonvilles prolifèrent à Villeurbanne et ailleurs dans l'agglomération jusqu'au début de la décennie 1970.

Les Italiens de Villeurbanne et la fête de la San Rocco 29/01/2018 Le dimanche 19?août 1934, vers 16?heures, les alentours de l'église de la Sainte-Famille sont noirs de monde. Plusieurs milliers d'Italiens sont venus de toute l'agglomération, mais aussi de Givors ou Rive-de-Gier, pour assister à la procession annuelle consacrée à Saint Roch organisée ce jour-là.

Villeurbanne - Version Jules Verne 06/12/2017 De 1850 à 1900, notre ville adopte la plupart des inventions décrites ou imaginées par le fameux romancier.

Les tramways arrivent en ville 23/10/2017 120 ans avant l'inauguration du T1, Villeurbanne connut un premier réseau de tramways, au succès immédiat.

L'avènement de l'école de la république 06/09/2017 Après avoir longtemps tergiversé pour construire sa première école, Villeurbanne fit de l'instruction pour tous un grand combat républicain. Pendant la première moitié du 19e siècle, Villeurbanne ne brillait pas par sa politique scolaire.

La fête de la fédération 06/07/2017 Le 30 mai 1790, plus de 100 000 personnes se réunissent à Villeurbanne pour célébrer les débuts de la Révolution. Jamais l'on n'a vu cela. Malgré des trombes d'eau tombant depuis des heures, Lyon s'est complètement vidée de ses habitants.