Une nouvelle guerre mondiale aura bien lieu : elle sera commerciale

Le 03/09/18

En effet, le repli sur soi est devenu très populaire partout dans le monde : craintes sur l’immigration et protectionnisme. Trump en est l’exemple même. Le protectionnisme s’oppose au libre-échange en imposant des barrières douanières. Mais à qui profite le libre échange ? Aux grands groupes internationaux certes, mais avant tout aux pays industrialisés qui vendent des produits de hautes technologies et à forte valeur ajoutée. Nous avons donc beaucoup profité du libre échange.

Une contrepartie est une plus forte compétition sur les produits à faible technicité et par exemple l’industrie du textile française a beaucoup perdu. Toutefois, la France et les pays industrialisés se sont largement rattrapés sur d’autres produits et le pouvoir d’achat a continué de croître en France et dans les pays industrialisés.

Ceci est bien fini et le pouvoir d’achat stagne un peu partout dans le monde sauf naturellement dans les pays moins développés qui continuent de nous rattraper.

C’est donc largement par égoïsme que le protectionnisme redevient à la mode. Sauf que cela ne marche pas ! Trump impose des taxes et s’étonne que les autres, Chine en tête ose lui répondre. Même l’Europe a répliqué par de nouvelles taxes.

Tout cela va réduire le commerce international et donc limiter la croissance du PIB et cela aura un impact immanquable sur l’économie et le pouvoir d’achat. D’ailleurs, tout montre que la méthode Trump ne marche pas et que le déficit commercial des USA se poursuit.

Les protectionnistes de tout bord ont tort : pour un pays industrialisé comme la France le protectionnisme aboutit toujours à une forte baisse du pouvoir d’achat.

La solution n’est pas simple, mais elle n’est certainement pas du côté du protectionnisme. L’Europe pourra-t-elle jouer enfin un rôle moteur ?

Face à cette compétition accrue, une chose est bien sûre : il faut être plus efficace dans nos dépenses publiques pour être capable de faire face aux défis futurs.

Cela est vrai aussi pour notre ville où les dépenses de fonctionnement doivent être davantage maîtrisées.

Hervé Morel,
Groupe centriste UDI.

Pour recevoir toutes les actus de Villeurbanne dans votre boîte mail, inscrivez-vous à la newsletter