VILLEURBANNE, NOUVEL ARRONDISSEMENT de lyon ?

Le 19/04/16

Lorsque vous prenez le métro de Bellecour aux Gratte-ciel, vous passez de Lyon à Villeurbanne sans vous en rendre compte. A pied ou en voiture, la transition d’une ville à l’autre se fait de manière à peine plus marquée, tant les derniers immeubles des Brotteaux ressemblent aux premiers des Charpennes, et vice-versa. De là à vouloir annexer Villeurbanne à sa grande voisine, il y a un pas que bien des municipalités passées, des municipalités lyonnaises cela va de soi, tentèrent de franchir. Ce vieux débat a même ressurgi à la faveur de la réforme territoriale examinée en ce moment par le Parlement.

Vue aérienne de Villeurbanne

24 mars 1904. Le président du Conseil et ministre de l’Intérieur, Emile Combes, saisit la Chambre des députés d’une affaire très importante à ses yeux. Celui que l’histoire a surnommé « le petit père Combes », souhaite que les représentants de la nation débattent séance tenante d’un projet d’annexer à Lyon une partie de Bron, de Saint-Fons, de Vénissieux, de Saint-Rambert-l’Ile-Barbe et de Caluire, ainsi que la totalité de Villeurbanne. Le vote, dit-il, doit intervenir au plus vite afin que tout soit réglé pour les prochaines élections municipales.

Ce n’est pas la première fois que Lyon essaye de confisquer ainsi Villeurbanne à son profit. Des tentatives ont déjà eu lieu en 1856 et 1857, en 1860 et encore en 1874. Mais toutes ont échoué. Tandis que les anciennes communes de Vaise, de La Guillotière et de La Croix-Rousse sont tombées bon gré mal gré dans le giron de leur puissante voisine, Villeurbanne ne s’est pas laissée faire. Comme les célèbres Gaulois de la bande dessinée, elle a résisté encore et toujours à la loi du plus fort. Trente ans ayant passé depuis la dernière velléité d’annexion, on aurait pu croire que la hache de guerre entre les deux villes était définitivement enterrée. Que nenni ! En 1904 l’appétit des soyeux refait subitement surface. Les couloirs du palais Bourbon murmurent que la faute en revient à un Américain, un certain « Barnum ». Après avoir un temps entrepris d’installer son cirque à Lyon, Barnum planta finalement son chapiteau à Villeurbanne, où la commune ne prélevait pas de taxe sur les spectacles. Les Lyonnais auraient pris ombrage de ce mauvais tour digne d’une pantalonnade ! Le temps de fourbir leurs armes, et les voici qui bombardent les députés d’arguments justifiant une conquête.

Première raison : la fiscalité sur l’alcool. Alors que Lyon impose des taxes élevées sur les boissons alcoolisées (100 francs par hectolitre), Villeurbanne se contente de 30 francs par hectolitre, encourageant ainsi une contrebande éhontée entre les deux communes. Deuxième raison : Villeurbanne vit aux dépens de Lyon. Voyez toutes ces écoles, ces musées et même ces théâtres implantés entre Saône et Rhône. Qu’offre donc Villeurbanne en comparaison ? Si peu que ses habitants ne cessent d’envahir les équipements lyonnais sans avoir payé un sou pour leur construction. Troisième raison : la pauvreté du budget. Voyez comme les gens de Cusset et des Charpennes font pâle figure, avec leurs 30.000 francs de budget annuel ; comment peut-on gérer dignement une commune avec une bourse si plate ? Tandis que Lyon leur prodiguerait de l’argent sans compter. Quatrième raison : les querelles incessantes entre Villeurbannais. Pire que des enfants, ils se chamaillent à tout propos ; à preuve, le maire vient de démissionner quatre fois en très peu de temps. Cinquième raison : l’hygiène. Ah, l’hygiène, l’atout maître des élus de la place des Terreaux ! D’après Lyon, « l’existence à ses portes, d’une cité industrielle telle que Villeurbanne, sur laquelle elle n’a aucune prise, constitue pour elle un véritable danger hygiénique, de nature à compromettre la santé même de ses habitants ». A Villeurbanne, les rues sont mal pavées, les égouts insuffisants, les boucheries dégoulinantes de sang, et l’odeur impitoyable pour des nez raffinés. Un risque permanent de contagion menace les beaux quartiers de la Presqu’île et de la Tête d’Or. Sixième raison – mais celle-ci, le maire de Lyon n’osa jamais l’avouer, même si elle obsédait sa municipalité depuis belle lurette : le nombre d’habitants. Lyon perd chaque année un peu de sa population, alors que Villeurbanne bénéficie d’une formidable croissance : elle compte désormais 29.220 habitants, elle qui en avait à peine plus de 1.000 au moment de la Révolution. En annexant tous les Villeurbannais, Lyon parviendrait enfin à franchir le seuil fabuleux des 500.000 habitants. Mieux, elle passerait ainsi devant Marseille et deviendrait la Seconde Ville de France…

Devant de tels arguments, comment Villeurbanne réagit-elle ? Par un véritable tollé. Le maire et le député de la circonscription alignent des égouts flambants neufs, une nouvelle mairie, un hôpital en construction, le dynamisme d’une ville en pleine expansion, de grands espaces, de l’air et de l’eau à profusion. Ils raillent aussi « cette prétention de la municipalité lyonnaise de faire le bonheur des Villeurbannais malgré eux ». « Dans un régime démocratique, ajoutent-ils, il est élémentaire de laisser les populations maîtresses de leur sort, de leur reconnaître le droit de disposer d’elles-mêmes ». Derrière ses élus, la population suit comme un seul homme. Une enquête publique donne 2415 opposants au projet d’annexion contre seulement 45 avis favorables. Une autre aboutit au score encore plus net de 4851 opposants contre 3 adhésions !

Ebranlée par une si belle unanimité, la Chambre des députés décida de se hâter lentement. Le petit père Combes attendra un peu. Une commission fut réunie, qui enquêta pendant un an, écouta les arguments des uns et des autres et rendit un copieux rapport de 140 et quelques pages. Ses conclusions furent présentées devant le Parlement il y a tout juste cent ans, en 1905. Oui, Villeurbanne devait être annexée. Il fallait donner à Lyon des frontières « naturelles » (sic !) ; étendre la ville jusqu’aux remparts de ceinture, là où se trouve aujourd’hui le grand boulevard que vous connaissez bien. Ainsi, « le Lyon militaire coïncidera avec le Lyon municipal ». Seul bémol dans ce grand rugissement : alors que le maire de Lyon avait prévu d’éclater Villeurbanne entre plusieurs arrondissements, désireux qu’il était d’anéantir tout « esprit de quartier », la commission parlementaire préconisait au contraire de conserver l’ancienne commune dans un seul et même arrondissement.
Il n’est pas besoin d’expliquer comment se termina cette offensive du XXe siècle débutant, vous en connaissez le résultat. Par la suite, et même bien longtemps après, la même idée revint dans les discours de certains responsables politiques qui, évidemment, ne siégeaient pas aux Gratte-ciels. La tendance européenne étant au regroupement des circonscriptions administratives, ce vieux serpent de mer n’est pas prêt de s’enfoncer dans les abysses.

Sources : Archives départementales du Rhône, 1 M 87, 88 et 103, projets de rattachement de Villeurbanne à Lyon, 1856-57, 1860, 1874, 1903-1904.
Fleury-Ravarin, Chambre des députés. Rapport fait au nom de la 12e commission d’intérêt local chargée d’examiner le projet de loi tendant à annexer à la ville de Lyon la commune de Villeurbanne, 1905, 146 p.

Alain Belmont


>> Repères :

1852 : Villeurbanne est détachée du département de l’Isère et rattachée au département du Rhône
1870-1940 : Troisième République
1900-1905 : Jean-Victor Augagneur, maire puis député-maire de Lyon
1901 : en Angleterre, mort de la reine Victoria
1903-1908 : Emile Dunière, maire de Villeurbanne
1903 : aux USA, création des usines Ford
1905 : élection d’Edouard Herriot à la mairie de Lyon
1905 : séparation de l’Eglise et de l’Etat. Travaux d’Einstein sur la relativité.


 > Si cette rubrique vous intéresse, si vous souhaitez réagir, échanger avec Alain Balmont, lui faire connaître des documents, des événements vous pouvez nous écrire où nous envoyer vos remarques par mail ou par courrier à l'adresse suivante : 

Viva Magazine
Hôtel de ville
Place Lazare Goujon
Villeurbanne

 

Réagissez à l'article

Vos réactions

  1. Villa urbana Dit :

    Envoyé le : 05/08/2015 à 16:57

    Gaston Je pensais évidement a"Dauphiné" en écrivant "Isère".D'ailleurs ma phrase n'a aucun sens si vous ne faite pas la correction de cette erreur par vous même... "originellement elle n’était pas en Dauphiné … et ce n'est qu'en 1350 qu'elle fut intégrée a l' Isère " Vous servir de cette erreur pour argumenter et me conseiller de revoir ma culture et mon sérieux n'est pas très classe... De plus,vous continuez a n'argumenter que sur une partie de l'histoire (celle qui vous donne raison) et considérez pouvoir occulter le reste. La commune de Villeurbanne s'est substituée a la paroisse du même nom (appelée aussi communauté) il y a environs deux cent ans. Sur presque deux mille ans d'histoire,ce n'est pas suffisant pour dire que cette commune a toute légitimité sur ce territoire et que les choses devrait maintenant être immuable. Comme je le dis depuis le début,a l'origine,Villeurbanne fait partie de Lyon puisque comme n'importe quelle Villa Urbana elle est une dépendance de la ville.Un quartier périphérique ou l'on soigne les chevaux,ou l'on emmagasine le grain et ou,accessoirement les riches notables se reposent en retrait du tumulte du centre de la cité .Elle était rattachée administrativement a Lugdunum et constituait alors l'un de ses tout premiers faubourgs. Le reste de l'histoire ne relève donc que de faits politiques et non urbanistiques... J'ajoute que ce débat,qui anime régulièrement notre classe politique locale (Collomb,Bret,Buffet...) et auquel nous participons aujourd'hui prouve exactement le contraire de ce que vous dites dans cette phrase : « une indépendance qu'il n'y a pas lieu de défendre car comme je l'ai déjà écrit, ce débat est de l'histoire ancienne. Lyon n'a plus besoin d'annexer. " Les (de plus en plus nombreux) urbanistes et éconnomistes qui preconisent une extention du perimetre de Lyon me semblent plus qualifiés que vous pour definir"les besoins" d'une ville. Désolé,mais si vous ne m'aviez pas pris d'aussi haut,je l'aurrai probablement écrit avec plus de delicatesse... Pour Marseille,puisque vous vous permetez de "corriger encore une de mes erreurs",essayez au moins de creuser un peu les sources wikipedia que vous consultez. Dans le cas de Château-Gombert par exemple,la commune n'a existée qu'une dizaine d'années.Et c'etait l'une des plus anciennes! La creation de la commune de Marseille est effectivement un assemblage d'une multitude de lieux autour d'un centre mais cet assemblage s'est fait dès la creation de cette commune. Il ne s'agit pas du tout d'anexation,de fusion ou d'absorbtion. Pour finir,vous m'accusez de denigrerVilleurbanne et de ne pas assez la connaitre quand je dis qu'elle ne serait pas ce qu'elle est si elle n'etait pas collée a Lyon puis vous dites "Planchon n'a pas pu mener son projet à Lyon et il a été accueilli à Villeurbanne où il a fait venir le TNP, et c'est pour s'imposer face à Lyon que Goujon a construit les Gratte-Ciel " soit exactement ce que je dis!!! Vous etes vraiment serieux la? Puisque (je vous cite) mes ouvrages historiques ne sont pas assez serieux,qu'il faut que je reprene un dictionnaire,que ce que je dis ne correspond en rien a la réalité,que vous corrigez toujours mes erreurs,que je connais si mal ma ville,que je la denigre et que ca me gene qu'elle est une identité bien a elle et bien je vous invite a ne plus me lire... C'est en tout cas ce que je ferai concernant vos futurs messages. Bonne journée Pierre

    2682
    J'aime 1436     Je n'aime pas 1246
  2. Gaston Dit :

    Envoyé le : 04/08/2015 à 15:08

    Cher Villa Urbana, votre récit des évènements historiques ne correspond en rien à la réalité passée et je vous invite à nouveau à lire des ouvrages d'histoire un peu plus sérieux. Car Villeurbanne n'a pas pu être "intégrée à l'Isère en 1350", tout bonnement parce que ce département ne fut créé qu'en 1790. C'est au Dauphiné qu'elle a été rattachée au début du 14e siècle. Et point n'est mon intention de défendre une indépendance qu'il n'y a pas lieu de défendre car comme je l'ai déjà écrit, ce débat est de l'histoire ancienne. Lyon n'a plus besoin d'annexer. D'ailleurs pour corriger une autre de vos erreurs, vous pouvez vous plonger dans les comptes-rendus des conseils municipaux de Lyon pour constater que Marseille annexait bien à tout va ses communes suburbaines puisque les lyonnais y font eux-mêmes référence à l'époque pour justifier leur propre tentative envers Villeurbanne. Château-Gombert, village qui était chef-lieu de canton autrefois est aujourd'hui dans le13e arrondissement de Marseille. Dommage que vous connaissiez si mal votre ville, peut-être la dénigreriez vous moins, car sans Villeurbanne, point de TNP et point de Gratte-Ciel contrairement, là encore à ce que vous écrivez. Planchon n'a pas pu mener son projet à Lyon et il a été accueilli à Villeurbanne où il a fait venir le TNP, et c'est pour s'imposer face à Lyon que Goujon a construit les Gratte-Ciel. On dirait que ça vous gêne que Villeurbanne ait une identité bien à elle. Pourtant, c'est aussi le cas de la Croix Rousse et de Vaise. Leur annexion ne les a pas totalement transformées…

    2766
    J'aime 1327     Je n'aime pas 1439
  3. Villa urbana Dit :

    Envoyé le : 03/08/2015 à 17:40

    Gaston. Comme beaucoup de ceux qui défendent cette (pseudo) indépendance de Villeurbanne,vous choisissez les bribes d'histoire qui vous arrangent et occultez l'histoire dans son ensemble... Non,originellement elle n’était pas en Dauphiné puisque cette province est bien plus récente que la construction de Villa Urbana par les Romains et ce n'est qu'en 1350 qu'elle fut intégrée a l' Isère,sous influence religieuse de Vaulx en Velin (et oui...) et sous gouvernance de Vienne (et non Grenoble).A l'origine, c'est bien un faubourg de Lugdunum que les Romains construisaient la et pas "une ville" independante.Ce n'est que par l'action politique (échange de territoires entre souverains,révolution etc) et administrative (création des communes calquées sur les périmètres des paroisses,pouvoir des élus locaux etc) qu'elle se détache de Lyon mais absolument pas a cause de faits "urbanistiques" Les TCL sont effectivement payés par toute l'agglo mais ce n'est que parce que ce sont les tc "L" que Villeurbanne a un métro,pas parce qu'elle paie sa contribution a des transports... Si elle n'était pas ce faubourg de Lyon,elle ne serait "que" l’équivalent du Mans (145 000H) et n'aurait probablement ni grattes ciel,ni TNP,ni métro,ni aéroport international,ni manifestation culturelle (invites etc) ni..rien!!!Allez donc voir Le Mans!... Alors oui,je confirme l'emploi du mot "ingratitude" face a ce type de comportement,doublé de celui d'égoïsme et de nombrilisme. Ps :Marseille n'a jamais absorbé de communes et les faubourgs qui entouraient le centre ont toujours été considérés comme des quartiers de la ville.Logiquement,a la création des communes tout cela ne faisait qu'un ;)

    2741
    J'aime 1331     Je n'aime pas 1410
  4. Gaston Dit :

    Envoyé le : 03/08/2015 à 11:14

    Et bien non, Villeurbanne ne fait pas partie de Lyon. Il faut reprendre le dictionnaire et surtout un bouquin d'histoire. Villeurbanne est dauphinoise quand Lyon appartient au Lyonnais. Villeurbanne était dans le département de l'Isère jusqu'en 1852 et dépendait donc de… Grenoble. Lyon a longtemps cherché à annexer la ville parce qu'elle était en compétition avec Marseille et toutes les deux annexaient à tout va pour être la 2e ville de France. C'est de l'histoire ancienne et cette histoire de 10e arrondissement ne vaut plus rien depuis longtemps et surtout depuis que la communauté urbaine existe (1969), devenue métropole. Et qui plus est, si Villeurbanne avait du devenir un arrondissement de Lyon, ce n'est pas un mais trois arrondissements qu'il aurait fallu créer au vu du nombre d'habitants. Et il ne faut pas confondre Lyon et son agglomération. Les TCL ne sont pas payés par Lyon mais par toute l'agglo. Quant à l'aéroport de Lyon- Saint Exupéry, il s'appelait aéroport de Satolas il n'y a pas si longtemps. Et pour la petite histoire, il serait situé sur le lieu-dit de Montcul, ce qui pour un aéroport international ne fait pas bien sérieux. Lyon, pour le coup, c'est mieux.

    2687
    J'aime 1298     Je n'aime pas 1389
  5. Villa urbana Dit :

    Envoyé le : 03/08/2015 à 03:28

    J'aime Villeurbanne mais j'aime aussi Lyon!C'est notre ville a tous et Villeurbanne en fait parti. Villa urbana n'est pas une ville mais une commune qui compose cette ville.Le dictionnaire est clair.Une ville est un ensemble urbain,une agglomération,une concentration de population et cette ville c'est Lyon!J'habite près de Charpenne mais c'est les transports en commun Lyonnais qui me conduisent aux travail,pas les TCV,je prends (rarement) l'avion a Lyon st exupery pour les vacances,pas a Villeurbanne.quand je me déplace en France, mon train part de LPD ou Perrache,pas de Grand Clément!Et je n'évoque même pas les opportunités culturelles que m'offre cette ville tant il y en a (y compris sur ma commune de Vlrbn ) ni la chance que j'ai de vivre dans une ville de plus d'1 million d’habitants attractive et créatrice d’emplois quand d'autres habitent dans de petites villes de 145 000 habitants insignifiantes car esseulés...Cette défiance qu'ont certains Villeurbannais envers Lyon est malsaine et est une marque de très grande ingratitude! Dire qu'ils n'ont pas besoin de Lyon est juste irresponsable.Une chance pour eux que Lyon n'ait jamais déclarer vouloir ce passer de Villeurbanne...

    2742
    J'aime 1416     Je n'aime pas 1326
  6. Jp Dit :

    Envoyé le : 19/06/2012 à 17:14

    Lyon et ses innombrables vérues (Caluire, Oullins, Villeurbanne, La Mulatière, Tassin et les autres) doit cesser. Une seule et unique commune divisé par des ardts permettrait à Lyon de conserver sa notoriété et de ne pas se voir à court terme passer à la 4ème place des villes de France. Si une telle chose arrivait ce serait un désastre économique pour la région. Il n'y a plus aucun intérêt pour Villeurbanne de garder cette identité.

    2848
    J'aime 1450     Je n'aime pas 1398
  7. Sam Dit :

    Envoyé le : 18/11/2010 à 19:16

    Villeurbanne n'a pas besoin de Lyon pour être plus prestigieuse ou quoi, de grands projets sont en cours et on est en bonne voie pour faire entendre parler de Villeurbanne.

    3918
    J'aime 1984     Je n'aime pas 1934
  8. CAPELLE Dit :

    Envoyé le : 12/10/2010 à 16:06

    j'y suis favorable, dès que possible,merci

    4097
    J'aime 2006     Je n'aime pas 2091
  9. romain Dit :

    Envoyé le : 11/05/2010 à 09:46

    Justement Luc, Villeurbanne est une banlieue ! Et être un ou deux arrondissement de Lyon n'a jamais empêché la Croix Rousse d'avoir une identité.

    3457
    J'aime 1684     Je n'aime pas 1773
  10. LUC Dit :

    Envoyé le : 27/03/2010 à 13:29

    gardons notre identité , je suis fier d'étre un Villeurbannais; et espére bien le rester .nous ne sommes pas une banlieue ni un arrondissement de Lyon , nous avons notre propre personnalité et comptons la garder

    3822
    J'aime 1923     Je n'aime pas 1899
  11. Romain Dit :

    Envoyé le : 04/03/2010 à 16:29

    @Julien : pour réduire les frais de fonctionnement, par exemple, ou pour voir plus d'entreprises s'installer à Villeurbanne, parce que "Lyon" sur une adresse est toujours plus prestigieux que "Villeurbanne", etc. C'est aussi pour que l'Etat s'intéresse à nous un peu plus, parce qu'une commune de 600 000 habitants mérite plus d'intérêt qu'une commune de 140 000.

    3896
    J'aime 1919     Je n'aime pas 1977
  12. Julien Dit :

    Envoyé le : 03/03/2010 à 16:11

    Intégrer Lyon pourquoi faire ? Juste pour dire qu’on est Lyonnais ?

    3648
    J'aime 1841     Je n'aime pas 1807
  13. Romain Dit :

    Envoyé le : 03/03/2010 à 15:41

    Le maire de Villeurbanne avait très mal réagi à la pétition qui circulait l'année dernière. S'il était si sûr que les Villeurbannais ne voulaient pas intégrer Lyon, il n'aurait pas hésité à organiser un référendum. Moi, en tout cas, en tant qu'habitant des Gratte-Ciel, j'ai le sentiment de vivre dans un quartier de Lyon, pas dans un quartier de Villeurbanne.

    3863
    J'aime 1909     Je n'aime pas 1954
  14. Josette Dit :

    Envoyé le : 02/03/2010 à 09:59

    et pourquoi pas Lyon arrondissement de Villeurbanne ?

    3886
    J'aime 1987     Je n'aime pas 1899
  15. thib8500 Dit :

    Envoyé le : 01/03/2010 à 18:21

    Villeurbanne pourrait parfaitement faire 2 arrondissements, tout en gardant son identité.

    3830
    J'aime 2065     Je n'aime pas 1765
  16. Josette Dit :

    Envoyé le : 01/03/2010 à 12:14

    Oui, d’ailleurs Lazare Goujon, le maire qui a construit les Gratte-Ciel a en quelque sorte marqué le territoire avec son nouveau centre. Et Edouard Herriot, le maire de Lyon de l’époque, ne s’y est pas trompé parce qu’il aurait jeté l’éponge au moment de l’inauguration des Gratte-Ciel. Ca n’empêche pas que régulièrement cette histoire de 10e arrondissement revienne sur le tapis. Mais bon, avec plus de 130 000 habitants, il serait un peu gros l’arrondissement.

    3699
    J'aime 1811     Je n'aime pas 1888
  17. Sergio Dit :

    Envoyé le : 01/03/2010 à 12:09

    Je savais que Lyon avait souhaité annexer Villeurbanne plusieurs fois mais pas que c’était allé si loin. Je croyais que c’était plus des velléités qu’autre chose.

    3782
    J'aime 1925     Je n'aime pas 1857
  18. Thib8500 Dit :

    Envoyé le : 26/02/2010 à 16:11

    A part tenter de créer une méfiance des Villeurbannais envers les Lyonnais, à quoi sert cet article ?

    3868
    J'aime 1976     Je n'aime pas 1892

Dans la même rubrique

Les baraques (1920-1940)?: Premiers bidonvilles à Villeurbanne 15/03/2017 Peu d'entre nous gardent en mémoire les bidonvilles qui ont marqué le paysage de Villeurbanne au 20e siècle. Disparus de l'espace urbain sans laisser de trace, ils n'en font pas moins partie intégrante de l'histoire de cette ville depuis les années 1920.

Une star villeurbannaise des rings 17/02/2017 Très peu d'hommes ont battu le plus célèbre des boxeurs français, Marcel Cerdan. Le Villeurbannais Victor Buttin fut l'un d'eux, en 1942.

Cavagnolo fabricant d'accordéons 21/12/2016 Au 20e siècle, Villeurbanne a été l'un des hauts lieux de la fabrication d'accordéons grâce à l'entreprise Cavagnolo.

Les réfugiés de la Grande Guerre 10/11/2016 La guerre en Syrie et en Irak amène chaque jour des flots de réfugiés sur les rivages européens. Il y a un siècle, Villeurbanne connut elle aussi une vague de réfugiés sans précédent, fuyant la Première Guerre mondiale.

L'affaire des grenades 27/09/2016 En 1936, durant la guerre d'Espagne, plusieurs Villeurbannais dont des élus de la municipalité, fabriquèrent clandestinement des armes destinées à la république du Frente Popular.

1880-1914 : Villeurbanne accueille les premiers migrants italiens 23/08/2016 L'industrialisation de Villeurbanne, à la fin du 19e siècle, a provoqué l'arrivée d'une population nouvelle, constituée en partie d'étrangers, notamment d'Italiens qui n'ont pas toujours été si facilement acceptés qu'on le croit.

Guerre d'Espagne : 30/06/2016 À partir de juillet 1936, alors que l'Espagne s'enfonce dans une guerre civile, les Villeurbannais multiplient les actions pour venir en aide aux populations victimes du conflit.

Etienne Debourg : premier maire de Villeurbanne 30/05/2016 Depuis 2016, une place de Cusset porte son nom. Portrait d'un homme qui fut le premier d'une longue lignée d'édiles dévoués à notre cité.

L'imprimerie Arnaud - Une histoire en lettres capitales 27/04/2016 De nombreuses entreprises ont assuré la réputation de Villeurbanne bien au-delà de ses frontières. L'imprimerie Arnaud fut l'une d'elles, de la fin du 19e siècle à la fin du 20e.

Villeurbanne, nouvel arrondissement de Lyon ? 19/04/2016